Accueil > Actualités > Actualités DELOS APEI 78 > Point épidémiologique du 08/06/2021 rédigé (...)

Point épidémiologique du 08/06/2021 rédigé par le Dr Jacob Vestling.

Contenu de la page : Point épidémiologique du 08/06/2021 rédigé par le Dr Jacob Vestling.

POINT EPIDEMIOLOGIQUE COVID 19 ET INFORMATIONS
Le 08/06/2021

Au niveau national la poursuite de l’amélioration des indicateurs épidémiologiques et de la diminution de la pression hospitalière est effective.

Cependant dans le contexte de levée de mesures de restrictions sanitaires, la circulation de variants préoccupants doit inciter à maintenir l’ensemble des mesures de contrôle et des gestes barrières. Sont notés en particulier :

  • Une diminution des taux d’incidence, d’hospitalisations et d’admissions en soins critiques
  • Un nombre de patients en soins critiques encore élevé
  • En métropole : l’Île-de-France et les Hauts-de-France demeurent les plus touchées
  • En outre-mer : les indicateurs restent élevés en Guyane

Le variant 20I/501Y.V1 dit Alpha (Britannique) reste majoritaire au niveau national.

Le variant 20H/501Y.V2 dit Bêta (sud-africain) et le variant 20J/501Y.V3 dit Gamma (brésilien) circulent encore assez largement en Ile-de-France.

Le variant B.1.617.2 dit Delta(indien) fait l’objet d’une surveillance attentive en Aquitaine du fait de plusieurs clusters.

A ce jour 110 091 personnes sont décédées de la Covid 19, ce chiffre est en augmentation, une nouvelle barre symbolique vient d’être franchie.

2 704 nouvelles hospitalisations ont eu lieu ces sept derniers jours.

630 personnes ont été hospitalisées en soins critiques ces 7 derniers jours, dont 455 en réanimation.

Le taux moyen de positivité des tests est de 2.4 % à l’échelle nationale, alors que 301 250 tests sont encore réalisés chaque jour.

Le taux d’incidence continue de s’améliorer, mais certaines régions, dont la nôtre, gardent encore des taux supérieurs au seuil d’alerte, qui reste fixé à 50.

Il est à noter que le taux d’incidence baisse pour toutes les tranches d’âge et que cette baisse est plus nette pour les populations les plus âgées (populations les plus vaccinées)

Quant au R effectif (nombre de reproduction effectif) il est globalement stable, ce qui est le témoin d’un relâchement des gestes barrières (une baisse était attendue). Ce chiffre est malgré tout en dessous de 1 ce qui est le témoin d’une dynamique favorable.

En Ile de France :

Il est observé : - 40 % de nouvelles hospitalisations, -36 % de passages en soins critiques et -13 % de nouveaux décès à l’hôpital.

Le taux d’incidence brut est de 136 pour 100 000 habitants (chiffre en baisse de 30). Le taux de positivité des tests est de 3.3% (-0.7%). Le R effectif est à 0.78

Les autorités sanitaires notent que l’ensemble des indicateurs épidémiologiques de circulation du SARS-CoV-2 poursuivent leur baisse en Île-de-France, mais que ces indicateurs se maintiennent toujours à des niveaux élevés en comparaison aux autres régions et restent supérieurs aux indicateurs nationaux.

Ces mêmes autorités notent que la tension hospitalière diminue, mais que cette tension reste encore élevée dans un contexte de levée des mesures de restrictions sanitaires et d’une couverture vaccinale incomplète.

A ce jour en Ile-de-France 36.9% de la population a reçu au moins une dose de vaccin contre la Covid et 15.1% ont reçu 2 doses.

Dans les Yvelines :

Le taux d’incidence brut dans les Yvelines est de 107 pour 100 000 habitants. Pour mémoire le seuil d’alerte reste fixé à 50.

Le taux de positivité est de 3.3%

Le RO est à 0.78 (-0.04), ce nombre correspond au taux de reproduction du virus, c’est-à-dire le nombre de personnes contaminées pour chaque malade.

Le taux d’occupation des lits de réanimation par des personnes Covid 19 positives est de 61.3%, ce chiffre est en baisse.

La vaccination dans notre département se poursuit à un rythme soutenu.

Au niveau mondial :

Les foyers épidémiques principaux se situe toujours au niveau du sous-continent indien et de l’Amérique du Sud.

A ce jour 2 1444 128 327 doses de vaccins ont été injectées de par le monde, soit 25 424 327 de plus en une semaine.

Au niveau de l’union européenne + (Islande et Norvège) :

La carte établie par le centre européen de contrôle et de prévention des maladies, permet une vision globale de la diffusion du Sars Cov2 dans l’Europe des 27 ainsi qu’en Norvège.

Certains pays restent en forte tension et ont choisi de ne pas communiquer leurs chiffres. C’est le cas de l’Irlande, de la Suède et du Lichtenstein.

INFORMATION VACCINATION DES ADOLESCENTS CONTRE LA COVID 19 :

L’Agence Européenne du Médicament a recommandé d’accorder une extension d’indication au vaccin COVID-19 Comirnaty (Pfizer) pour inclure son utilisation chez les enfants âgés de 12 à 15 ans. Le vaccin était déjà approuvé pour une utilisation chez les adultes et les adolescents âgés de 16 ans et plus.
En France la vaccination des 12 ans et plus va s’ouvrir à partir du 15 juin 2021.
Le vaccin Pfizer est un vaccin pour prévenir le COVID-19. Il contient une molécule appelée ARN messager (ARNm) avec des instructions pour produire une protéine, connue sous le nom de protéine de pointe, naturellement présente dans le SRAS-CoV-2, le virus qui cause le COVID-19. Le vaccin agit en préparant le corps à se défendre contre le SRAS-CoV-2.

L’utilisation du vaccin Pfizer chez les enfants de 12 et plus sera la même que chez les adultes. Le vaccin est administré en deux injections dans les muscles de la partie supérieure du bras, la deuxième injection devant être réalisée entre 3 et 6 semaines après la première.

Le vaccin Pfizer est déjà utilisé très largement chez les enfants et les adolescents aux États-Unis, au Canada, en Israël et le sera très prochainement en Allemagne.

Les effets indésirables les plus fréquents chez les enfants âgés de 12 et plus sont similaires à ceux observés chez les adultes. Ils comprennent des douleurs au point d’injection, de la fatigue, des maux de tête, des douleurs musculaires et articulaires, des frissons et de la fièvre. Ces effets sont généralement légers ou modérés et s’améliorent quelques jours après la vaccination.

Faire vacciner votre enfant est nécessaire, afin non seulement, de le protéger, mais également de vous protéger et de protéger les personnes qu’il côtoie.

C’est également lui offrir une liberté et une sécurité retrouvées par rapport aux contraintes liées à la Covid 19.

Afin de faire vacciner votre enfant il vous faut l’inscrire via une plateforme internet (Doctolib…) dans un centre de vaccination.

L’établissement de votre enfant est à votre disposition pour vous aider à l’inscrire.

Si vous êtes cas contact ou en cas de symptômes, vous devez vous isoler immédiatement et réaliser un test dans les plus brefs délais.

Rédacteur : Docteur René Jacob-Vestling le 08/06/2021

Références : Santé publique France, Point de situation SIDEP, European Centre for Disease Prevention and Control, A.N.S.M, H.A.S, Johns Hopkins University, C.P.A.M, A.R.S., C.D.O.M., Covid Tracker.

Publications

juin 2021 PDF - 858.6 ko
Télécharger