Accueil > Actualités > Actualités DELOS APEI 78 > Point épidémiologique du 03/05/2021 rédigé (...)

Point épidémiologique du 03/05/2021 rédigé par le Dr Jacob Vestling.

Contenu de la page : Point épidémiologique du 03/05/2021 rédigé par le Dr Jacob Vestling.

POINT EPIDEMIOLOGIQUE COVID 19 ET INFORMATIONS
Le 03/05/2021

En France :

La France est encore confrontée à une épidémie de coronavirus très active. Bien que certains indicateurs de la circulation du virus montrent une évolution favorable, la pression hospitalière et la mortalité liée à la Covid 19 sont encore particulièrement importantes.

Experts, médecins et responsables d’hôpitaux alertent depuis quelques jours sur les risques engendrés par le début du dé confinement. Tous insistent sur le fait que l’évolution de l’épidémie dépend désormais des comportements individuels.

Le variant 20I/501Y.V1 (Britannique) représente actuellement 82.7 % des contaminations (chiffre stable).

Les variants 20H/501Y.V2 ou 20J/501Y.V3 (Sud-Africains et Brésiliens) représentent quant à eux 5% des contaminations (chiffre en constante augmentation au niveau France, mais avec de fortes hétérogénéités).

A ce jour 104 848 personnes sont décédées de la Covid 19, soit 1 961 de plus en une semaine. 10 748 nouvelles hospitalisations ont eu lieu ces sept derniers jours.
2 440 personnes ont été hospitalisées en soins critiques ces 7 derniers jours, dont 1 678 en réanimation. Ces chiffres sont en baisse mais restent à un niveau encore très élevé.

Le taux moyen de positivité des tests est de 8.3% à l’échelle nationale.
15 départements, dont le nôtre, restent particulièrement touchés.
Le taux d’incidence reste également très élevé dans certaines régions et en particulier dans la nôtre.
Mais certains paramètres sont toujours encourageants, c’est notamment le cas du taux de reproduction (R effectif) qui continue sa décroissance.

A ce jour, plus de 15 millions de personnes ont reçu en France, au moins une dose vaccinale contre la Covid 19. Cela représentera bientôt 25% de la population.
Selon la Professeure Odile Launay L’immunité collective est possible à la fin août.
Infectiologue à l’hôpital Cochin à Paris, coordinatrice du groupe vaccination prévention de la société de pathologie infectieuse de langue française, la professeure Odile Launay a estimé possible l’objectif de l’immunité collective, en France, dès la fin août. Mais pour cela il convient que les français acceptent très largement la vaccination. "On va avoir de plus en plus de doses de vaccins qui arrivent, on a des vaccins qui sont extraordinairement efficaces", a-t-elle expliqué récemment.

En Ile de France :

Le variant britannique représente 71.6% des contaminations.
Les variants sud-africains et brésiliens, quant à eux représentent maintenant 9.5% des contaminations. Ces deux derniers variants ont une pénétration en forte augmentation dans notre région (+2.4%).

Il est observé : -6 % de nouvelles hospitalisations, -6 % de passages en soins critiques, mais +4 % nouveaux décès à l’hôpital.

Le taux de positivité des tests réalisés est de 12.2% (chiffre globalement stable)

Le taux d’incidence brut est de 459 pour 100 000 habitants (chiffre une nouvelle fois en légère baisse).

Les graphiques ci-dessous montrent que si le taux d’incidence baisse globalement, les taux de positivités des tests restent encore élevés, en particulier dans les populations les plus jeunes. Ces graphiques montrent également que le nombre de dépistages a baissé et que donc, le ciblage de ces dépistages s’est affiné.

Dans les Yvelines :

Le taux d’incidence brut dans les Yvelines est de 308 pour 100 000 habitants, ce taux baisse de 108. Le taux de positivité est de 10.6 % (-1.4%).
Le RO est à 0.86 (-0.06), ce nombre correspond au taux de reproduction du virus, c’est-à-dire le nombre de personnes contaminées pour chaque malade. Ce chiffre est en très légère baisse.

Le taux d’occupation des lits de réanimation par des personnes Covid 19 positives est de 150.8% (chiffre en légère augmentation)

Au niveau mondial :

Plus d’un 1.16 milliard de personnes ont à ce jour été vaccinées à travers le monde par au moins une dose, contre la Covid 19.

Bien que dans notre pays la vaccination progresse à grands pas, il est intéressant de constater qu’en 2018 les français étaient déjà champion du scepticisme pour ce qui concerne la vaccination d’un point de vue général (à cette époque il n’était pas question de vaccins contre la Covid 19). Cette défiance inexplicable se retrouve aujourd’hui et fait de notre pays une quasi exception avec la Russie.

Au niveau mondial, ces deux dernières semaines, les pays qui sont les plus impactés par le nombre de personnes touchées par la Covid 19 sont les pays du sous-continent Indien, le Brésil, et l’Iran.

Au niveau de l’union européenne + (Islande et Norvège) :

La carte établie par le centre européen de contrôle et de prévention des maladies (couleurs compatibles pour les personnes daltoniennes) permet une vision globale de la diffusion du Sars Cov2 dans l’Europe des 27 ainsi qu’en Norvège.

Cette carte permet de constater que la situation s’est globalement améliorée en Europe, mais que la France, la Suède, les Pays Bas, les Balkans, Chypre et la Pologne restent encore très impactés par la Covid 19.

INFORMATIONS :

Pour mémoire, tous les soignants et toutes les personnes que nous prenons en charge, quel que soit leur âge, peuvent se faire vacciner.

A partir du 15 mai les personnes de plus de 50 ans n’ayant pas de comorbidités seront à leur tour éligibles à la vaccination.
Et depuis le 01 mai toutes les personnes de plus de 18 ans souffrant d’une ou plusieurs comorbidité(s) telles que définies par le ministère des Solidarités et de la Santé, conformément aux recommandations de la Haute Autorité de santé, ont la possibilité de se faire vacciner.

La liste des comorbidités associées à un risque de forme grave de Covid-19, définie par le ministère des Solidarités et de la Santé, suivant les recommandations de la Haute Autorité de santé est la suivante :
• Pathologies cardio-vasculaires :

  • Hypertension artérielle compliquée (notamment complications cardiaques, rénales et vasculo- cérébrales) ;
  • Antécédent d’accident vasculaire cérébral,
  • Antécédent de chirurgie cardiaque,
  • Insuffisance cardiaque ;
  • Antécédents de coronaropathie.
    • Diabète de types 1 et 2 ;
    • Pathologies respiratoires chroniques susceptibles de décompenser lors d’une infection virale, notamment :
  • Broncho pneumopathie obstructive,
  • Insuffisance respiratoire,
  • Asthme sévère,
  • Fibrose pulmonaire,
  • Syndrome d’apnées du sommeil.
    • Insuffisance rénale chronique ;
    • Obésité avec indice de masse corporelle ≥30 ;
    • Cancer ou hémopathie maligne ;
    • Maladies hépatiques chroniques, en particulier la cirrhose ;
    • Immunodépression congénitale ou acquise ;
    • Syndrome drépanocytaire majeur ou antécédent de splénectomie ;
    • Pathologies neurologiques :
  • Maladies du motoneurone,
  • Myasthénie grave,
  • Sclérose en plaques,
  • Maladie de Parkinson,
  • Paralysie cérébrale,
  • Quadriplégie ou hémiplégie,
  • Tumeur maligne primitive cérébrale,
  • Maladie cérébelleuse progressive.
    • Troubles psychiatriques ;
    • Démence.

Les personnes de 18 à 49 ans qui souffrent de comorbidités pourront donc désormais prendre rendez- vous en centre de vaccination selon les modalités habituelles afin d’être vaccinées avec les vaccins Pfizer-BioNTech ou Moderna.

Si vous êtes cas contact ou en cas de symptômes, vous devez vous isoler immédiatement et réaliser un test dans les plus brefs délais.

Rédacteur : Docteur René Jacob-Vestling le 03/05/2021

Références : Santé publique France, Point de situation SIDEP, European Centre for Disease Prevention and Control, A.N.S.M, H.A.S, Johns Hopkins University, C.P.A.M, A.R.S., C.D.O.M.