Accueil > Actualités > Actualités DELOS APEI 78 > Le point épidémiologique du 1er mars 2021 (...)

Le point épidémiologique du 1er mars 2021 rédigé par le Dr René JACOB VESTLING, directeur médical de Délos

Contenu de la page : Le point épidémiologique du 1er mars 2021 rédigé par le Dr René JACOB VESTLING, directeur médical de Délos

En France :

Les indicateurs épidémiologiques montrent que l’activité virale dans notre pays reste toujours très intense sur tout le territoire et est considérée comme préoccupante dans 20 départements dont le nôtre.

Les variants circulent de façon importante et représentent la part la plus importante des contaminations.

A ce jour 86 454 personnes sont décédées de la Covid 19 (2 085 de plus en une semaine), dont 122 à l’hôpital ces dernières 24 heures.

9 613 nouvelles hospitalisations ont eu lieu ces sept derniers jours, dont 1 871 en réanimation. Le taux de positivité des tests est de 7.3%. Il a augmenté de 1.4% en l’espace de deux semaines.
Les régions les plus touchées restent : Provence-Alpes-Côte d’Azur, Île-de-France, Hauts-de-France et Mayotte.

Les autorités sanitaires notent :

  • Que la tension hospitalière est forte, dans un contexte de diffusion croissante de variants lesquels sont plus transmissibles.
  • Une légère diminution du respect des mesures d’hygiène et difficultés du respect de la distanciation à 2 mètres.
  • Une amélioration des indicateurs chez les personnes âgées de 75 ans et plus, ce qui est le reflet probable de la vaccination.
  • Une augmentation de l’intention de se faire vacciner.

En Ile de France :

Le taux de positivité des tests réalisés est de 7.7% contre 6.2% la semaine dernière.

Le taux d’incidence brut est de 280.5 pour 100 000 habitants contre 237.1 la semaine dernière.

Il est observé : -0,6 % de nouvelles hospitalisations, -0,3 % de passages en soins critiques, -16 % de nouveaux décès à l’hôpital. Ces chiffres sont cependant à tempérer du fait d’un décalage entre l’aggravation des indicateurs et les admissions hospitalières.

Sur l’ensemble des tests de criblage réalisés, 60,4% (soit 10 133) correspondaient au variant 20I/591Y.V1 (UK) (vs 49,0% en S06) et 6,5% (soit 1 094) au variant 20J/501Y.V2 (ZA) ou 20H/501Y.V3 (BR) (vs 5,6% en S06).

Le variant 20I/591Y.V1(UK) est prédominant dans tous les départements de la région. (UK : Britannique, ZA : Sud-Africain, BR : Brésilien)

Dans les Yvelines :

L’ensemble des chiffres des Yvelines suit l’évolution nationale et régionale.

Le taux d’incidence brut dans les Yvelines est de 244.1 pour 100 000 habitants, il était de 208.3 la semaine dernière.

Le taux de positivité est de 7.6%. Il était de 6% la semaine dernière.

Le RO est à 1.13, ce nombre correspond au taux de reproduction du virus, c’est-à-dire le nombre de personnes contaminées pour chaque malade. Ce chiffre est en augmentation.

Le taux d’occupation des lits de réanimation par des personnes Covid 19 positives est maintenant de 71%. Ce taux est en augmentation, il était de 67.3% la semaine dernière.

Enfin il est à noter que dans les Yvelines, en plus des variants britanniques, de nombreux cas de variants sud-africains et brésiliens ont été détectés. C’est le cas par exemple de la ville de Chambourcy ou les écoles sont restées fermées.

Au niveau mondial :

Une carte de l’université Johns Hopkins permet de visualiser les zones ou la Covid 19 est actuellement active.

Par rapport à la semaine dernière il existe une augmentation des cas en Afrique, au Moyen Orient, au Japon et dans le sous-continent indien.

La tension reste très forte en Europe et dans les Amériques.

Au niveau de l’union européenne + (Islande et Norvège) :

La carte établie par le centre européen de contrôle et de prévention des maladies permet une vision globale de la diffusion du Sars Cov2 dans l’Europe des 27 ainsi qu’en Norvège.

Depuis la semaine dernière la situation de plusieurs pays s’est améliorée. C’est le cas en particulier de la Norvège et de la péninsule ibérique.

Par contre une évolution défavorable est à noter pour une large partie de la Suède, la Tchéquie, l’ouest de la Slovaquie, l’Estonie, la Lettonie, ainsi que pour ce qui nous concerne plus directement le sud-est de la France, l’Ile de France et une large partie des Hauts de France.

INFORMATIONS :

Les séances de vaccination réalisées, grâce à l’appui de la Maison de Soins Pluridisciplinaires de Mantes-la- Ville et de l’A.P.T.A., dans nos deux Foyers d’Accueil Médicalisé se sont déroulées sans aucun problème notable. Quelques réactions attendues de type fébricule, asthénie, céphalées ou nausées ont eu lieu, mais tout cela a été éphémère et sans gravité. Un grand merci à ces équipes.

D’ailleurs toutes les instances sanitaires, que ce soit en France comme à l’étranger confirment l’efficacité, la sécurité et la bonne tolérance de tous les vaccins actuellement disponibles.

Cela concerne aussi bien le vaccin AstraZeneca-Oxford, le vaccin Pfizer-BioNTech que le vaccin Moderna.

Dans son dernier rapport l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament a confirmé une nouvelle fois que le rapport bénéfice/risque de tous ces vaccins est favorable.

La large étude Ecossaise, évoquée la semaine dernière a également confirmé cela et a démontré que le vaccin AstraZeneca-Oxford est au moins aussi efficace, si ce n’est plus, que le vaccin Pfizer- BioNTech, y compris d’ailleurs chez les plus de 65 ans.

Se faire vacciner permet de se protéger, mais également de protéger les autres.

Permettez-moi un clin d’œil à nos voisins britanniques, car je souscris pleinement aux propos de la Reine Elisabeth II qui a insisté sur l’altruisme que représente la vaccination contre la Covid 19. Voici quelques extraits des propos qu’elle a tenu après avoir été vaccinée : « Pour autant que je sache, c’était tout à fait inoffensif. C’était rapide », « Une fois que vous avez reçu le vaccin, vous avez le sentiment que vous êtes protégé, ce qui est, je pense, très important », « C’est évidemment difficile pour les gens s’ils n’ont jamais été vaccinés. Ils devraient penser à d’autres personnes plutôt qu’à eux-mêmes ».

Des questions m’ont été posées au sujet les tests sanguins de dépistage de la Covid 19.

Il existe deux grands types de tests : les tests sérologiques, utilisés depuis plusieurs mois et, encore à l’étude, les tests antigéniques.

1) Les tests sérologiques ont été développés dès le début 2020. Il existe deux types de tests sérologiques.
a) Les tests ELISA réalisés en laboratoire. Ces tests permettent grâce au dosage des immunoglobulines M et G de déterminer si une personne a été contaminée très récemment et est
encore potentiellement contagieuse, ou si la contamination est plus ancienne. En l’absence d’autres tests disponibles, ce sont ces tests que nous avons utilisé en avril 2020.
b) Les tests sérologiques rapides réalisés en pharmacie. Ces tests sont très peu fiables et ne sont pas recommandés.

2) Les tests antigéniques. Ces tests sont en cours de développement. Il en existera de deux types. Des tests ELISA réalisés en laboratoire et des tests rapides. Ces deux futurs tests ne doivent pas être confondus avec les tests sérologiques. Ces tests permettront comme pour les tests naso-pharyngés ou salivaires de déterminer si une personne est porteuse de la Covid 19 et est en phase de contagiosité.

Une étude dénommée COVIBLOOD est actuellement menée par la firme AAZ et l’AP-HP. Ses résultats devraient être connus dans trois mois.

La Haute Autorité de Santé envisage d’agréer et de demander le remboursement de ces tests antigéniques sur prélèvement sanguin, si les résultats de l’étude sont probants.

https://www.has-sante.fr/jcms/p_3236411/fr/des-tests-antigeniques-sanguins-pour-detecter-le- sars-cov-2-la-has-favorable-a-un-forfait-innovation

Rédacteur : Docteur René Jacob-Vestling le 01/03/2021

Références : Santé publique France, Point de situation SIDEP et European Centre for Disease Prevention and Control

En images